aqcc.ca

Association québécoise des critiques de cinéma

Hommage à Luc Perreault : Une œuvre axée sur l’art et la réalité japonaises

Une œuvre axée sur l’art et la réalité japonaises

par Luc PERREAULT

 

 

Photo : La Presse

 

ON NE PRESENTE pas Masaki Kobayashi. Son œuvre abondante (24 longs métrages dont le tiers seulement ont déjà été présentés ici) suffit à le classer parmi les maîtres de sa génération. Cinéaste fascinant partout vénéré que l’on ne s’attend pas à retrouver un bon matin en train de décortiquer son œuvre devant des étudiants de l’Université du Québec. La chose vient de se produire. Pendant quatre jours, Kobayashi a parlé de La condition humaine, de Hara-kiri, de Kwaidan et de Hommage à un homme fatigué, jalons malheureusement trop rares d’une carrière encore mal explorée. Il s’est mis pendant quatre jours avec une bonne grâce remarquable à la disposition d’une poignée d’admirateurs québécois, lui qui, avoue-t-il. refuse habituellement de parler de ses films dans son propre pays. La chose mérite d’autant plus d’être signalée que le cinéaste, invité conjointement par l’université York et l’UQAM, est passé en coup de vent à Toronto, réservant à Montréal (qu’il visitait pour la troisième fois) le meilleur de lui-même.

Qui est Kobayashi? Physiquement, à
57 ans bien sonnés, il donne l’appa rence d’un Japonais tranchant radica lement avec l’image que l’on se fait
habituellement de ses compatriotes.
Pendant son séjour à Montréal, on l’a
vu rire, signe évident d’un humour
qui ne craint pas de s’afficher. Pourtant la barrière culturelle risquait d’agir d’une manière d’autant plus redoutable qu’il ne parle ni anglais ni français. Deux interprètes, une Japonaise traduisant en anglais, Mme Takahatake Masako, et un Québécois traduisant en français, Claude Blouin (qu’on a vu présenter des films japonais à l’émission Ciné-Club de Radio-Canada), ont eu la tâche difficile de piloter Kobayashi à Montréal. J’ai vu Blouin, pour donner un exemple, expliquer en professeur habile qu’il est que l’expression « hara-kiri » qui donne son nom au film le plus célèbre de Kobayashi est l’un des termes les plus péjoratifs de la langue japonaise. Se faire hara-kiri, c’est littéralement s’arracher les entrailles du corps. Il faut plutôt dire, dirait M. Beaudiy, se faire « seppuku ». C’est plus noble, moins trivial — mais tout aussi douloureux.

C’est pour expliquer des nuances comme celle-là que Kobayashi a accepté de venir à Montréal. Sa plus grande surprise vient du succès qu’un film comme Hara-kiri a eu ici. Le réalisateur craignait que le public occidental n’ait perçu de son œuvre que les aspects les plus formels. Il a voulu s’assurer que c’est au niveau du sens et de l’émotion que la communication entre ce public et ses films s’est établie.

Suivre la filière

Dans la chambre d’hôtel où il me reçoit, flanqué de ses deux interprètes, Kobayashi explique que son grand rêve, lorsqu’il était étudiant, était de devenir un spécialiste en art oriental. Mais c’est l’affaire de toute une vie. Lorsque éclata la deuxième guerre mondiale, l’étudiant qu’il était a senti l’urgence de s’exprimer. C’est alors qu’il se tourna vers le cinéma, moyen, pensait-il, de rejoindre en un court laps de temps le plus de gens possible. La guerre finie, guerre qui devait marquer énormément Kobayashi, bien connu pour ses idées antimilitaristes, il débute au cinéma par la voie étroite de la scénarisation.

À la Shochiku où il débute, Kobayasho doit suivre la filière. Ne devient pas réalisateur qui veut. Il faut franchir toutes les étapes dans cette grande maison de production. Après avoir été scénariste, il lui a fallu patienter longtemps comme assistant-réalisateur.

“La Shochiku n’aimait pas beaucoup les films de critique sociale à cette époque, rapporte le cinéaste. A l’époque. pour être admis réalisateur, il fallait commencer par des drames familiaux. Il m’a fallu faire mes preuves dans ce genre avant de pouvoir tourner les films qui me tenaient à cœur. Le premier fut La chambre aux murs épais, un film sur les criminels de guerre tiré de ma propre expérience. J’y mettais en cause les conditions sociales du Japon. On mit quatre ans à lancer le film. Plus tard, j’en fis un sur la corruption au baseball (Je t’achèterai) puis un autre sur la délinquance juvénile (Le fleuve noir). »

Ces films, malgré l’engagement social plus marqué qu’y affichait Kobayashi, furent moins contestés que le précédent. La raison en est simple : les compagnies de production commençaient à se libérer de l’emprise des Américains. Il ne faut pas oublier qu’après la guerre, de 1946 à 1950, c’est-à-dire jusqu’au début de la guerre de Corée, le Japon était occupé par les Américains. Ce n’est qu’à partir de cette date que les Japonais commencèrent à manifester de l’intérêt pour les films qui traitaient de leurs problèmes propres.

Les grandes questions

« Un cinéaste vit dans une époque donnée, constate-t-il, et il subit les influences de son époque, il les digère. L’humanité lui fournit ses personnages, ce sont des personnages pris dans le quotidien. À l’époque où j’étudiais l’histoire de l’art, j’étais très sensible au fait que l’histoire est tou jours présente en arrière-plan. »

Profondément marqué par la guerre. Kobayashi en a tiré une fresque célèbre, la trilogie sur La Condition humaine.

« Il est important de dire qu’il ne
s’agit pas seulement d’un film sur la
guerre mais sur les grandes questions
qu’on est amené à se poser à l’occa sion d’une guerre », fait remarquer le cinéaste.

« À cette époque j’avais lu un roman sur la condition humaine qui racontait des choses proches de celles que j’avais moi-même vécues. C’est ce qui m’avait incité à faire ce film. En le faisant, j’ai revécu toute mon expérience de la guerre. À repenser à ces événements, avec le recul du temps, j’ai été amené à reconsidérer certaines choses tout en les revivant avec la même acuité que pendant la guerre. J’ai voulu réévaluer le fait d’être Japonais. Je me sentais proche du personnage central. »

Retour aux sources

À la question de savoir s’il existe un lien étroit entre le choix de sujets historiques (les films de samouraïs) et la situation sociale du Japon d’après-guerre, il répond qu’il fut alors motivé par le besoin de retrouver les traditions du Japon, ses racines. Plusieurs raisons expliquent ce choix. Par exemple, on avait adopté le système de la démocratie à l’américaine, ce qui avait amené les petites gens à faire valoir leurs droits. Les protestations populaires contre le traité américano-japonais manifestaient cette prise de conscience.


« À travers ces films historiques, je retrouvais les préoccupations que j’avais à l’époque où j’étais étudiant, en particulier en ce qui a trait aux traditions esthétiques. Mais en même temps, je voulais montrer les éléments d’humanité contenus dans le système féodal japonais. Je voulais montrer l’opposition entre les valeurs humaines et le système à une époque où les valeurs traditionnelles du Japon étaient vivement contestées. »

Ainsi, derrière l’apparente nostalgie du retour en arrière, se cache Kobayashi le désir de dépeindre le Japon moderne, un Japon encore imbibé d’îlots de traditions très solides.

À Cannes où Hara-kiri remporte un succès phénoménal, Kobayashi y trouve la marque d’encouragement qu’il fallait pour continuer à explorer l’histoire de son pays. Il se rend compte que, pour être reconnu à l’étranger, il est nécessaire d’approfondir sa propre tradition. Aussi avec Kwaidan peut-il enfin réaliser un vieux rêve de jeunesse : traduire à l’écran les phantasmes esthétiques qui l’ont toujours hanté.

« En faisant ce film, j’ai revécu mes rêves d’enfance. Kwaidan marque l’aboutissement de toutes mes années d’étude consacrées à l’esthétique orientale. Le sujet m’a captivé au point que j’ai tenu à peindre moi-même les décors. »

Kobayashi a rompu depuis quelques années avec la Shochiku. Avec trois autres réalisateurs japonais, Ichikawa, Kurosawa et Kinochita, il a créé le « groupe des quatre ». Ces cinéastes avaient constaté qu’il n’était plus possible de faire ce qu’ils voulaient à l’intérieur des grosses compagnies de production.

L’œuvre de Kobayashi, très méconnue ici, à part quelques titres, souffre du même mal que l’ensemble de la production japonaise de qualité : sa mauvaise distribution à l’étranger. Kobayashi le déplore mais il s’avoue incapable, du moins à court terme, de corriger cette situation. On ne peut que souhaiter que son dernier film, L’arbre pétrifié, tourné en France et au Japon et d’une durée de 3h40 finisse par attirer l’attention d’un distributeur québécois.

« Après tout, dit-il narquois, on ne voit pas plus de films canadiens au Japon que vous voyez de films japonais. »

 

La Presse, samedi 2 février 1974, p. D10 (voir PDF)
© La Presse, 1967

 

Conseil d'administration

Composition du conseil d'administration de l'AQCC, tel que choisi lors de l'Assemblée générale annuelle du 26 janvier 2017.

  • Claire Valade - Présidente
  • Jean-Marie Lanlo - Vice-Président
  • Luc Chaput - Secrétaire-Trésorier
  • Kevin Laforest - Conseiller - médias électroniques
  • Pascal Grenier - Conseiller
  • Julie Vaillancourt - Conseillère

Nos membres

L'AQCC compte une soixantaine de membres représentant une vingtaine de médias différents.

Radio, internet, imprimé ou télévision, à l'AQCC, tous les types de médias sont représentés.

Consultez la liste des membres