aqcc.ca

Association québécoise des critiques de cinéma

Belle de jour présenté par l’AQCC au Cinéma du Parc - Nouvelles de l'AQCC

Belle de jour présenté par l’AQCC au Cinéma du Parc

 

Dans le cadre de la collaboration entre le Cinéma du Parc et l’Association québécoise des critiques de cinéma (AQCC), le critique Louis-Paul Rioux (Mediafilm) viendra présenter le grand classique de Luis Buñuel Belle de jour, Lion d'or à Venise en 1967, dans une nouvelle restauration 4K.

La projection aura lieu vendredi le 27 juillet à 21h15. Le film sera présenté en version originale française et espagnole avec sous-titres en anglais. La présentation sera effectuée en français.


Belle de jour Luis Buñuel | France | 100 min | fiction | 1967 
synopsis 
| Mariée à Pierre, jeune chirurgien parisien, Séverine se sent insatisfaite et exprime dans des rêveries quotidiennes des désirs sexuels inassouvis. Elle se rend chez une certaine Anaïs, tenancière d'une maison de rendez-vous, et devient, sous un pseudonyme, une des hôtesses de cet établissement louche. Un voyou, devenu amoureux d'elle, découvre sa véritable identité et fait feu sur son mari qui est grièvement blessé. Un ami du couple, qui a surpris le secret de Séverine, s'empresse de renseigner Pierre. 

réalisation Né Espagnol, mais naturalisé Méxicain, Luis Buñuel grandit à Madrid dans une famille nombreuse. Lors de ses études, il a le plaisir de croiser Savador Dali ou Frederico Garcia Lorca. En 1928, il tourne, avec les moyens du bords, son premier film, Un chien andalou dont il écrit le scénario, en collaboration avec Dali. il continue sur sa lancée avec L'âge d'or. Ce film déclenche une vive controverse antisémite en 1930, lors de sa projection à Paris. Il s'exile aux États-Unis pour éviter la guerre civil qui ravage l'Espagne. Il travaille pour de grandes entreprises américaines mais ses idées anticatholique le pousse à s'exiler au Méxique. Il y réalise Los Olvidados et La vie criminelle d'Archibald de la Cruz qui sont ses deux plus grands succès. Il revient en Europe et signe Viridiana, Palme d'or à Cannes en 1961, mais fait un scandale. Il reçoit l'Oscar du meilleur film étranger pour Le charme discret de la bourgeoisie. Il décède le 29 Juillet 1983 au Mexique.
distribution | Films We Like
(Source : Cinéma du Parc et Comme au cinéma)

À propos de Louis-Paul Rioux: Louis-Paul Rioux détient une maîtrise en linguistique à l’Université de Montréal. S’il ne possède pas de formation en cinéma, il a une solide cinéphilie, nourrie depuis le début des années 1980. Il a été directeur adjoint du cinéma Ouimetoscope de 1991 à 1993 (année de sa fermeture). En 1994, il a joint à temps plein l’équipe de Mediafilm, au sein de laquelle il est rédacteur en chef adjoint depuis 2006.

<< Retourner à la page précédente

 
» Toutes les nouvelles

Hommage à Luc Perreault

Luc Perreault

Ce dossier-hommage sera alimenté au fil des semaines à venir par la mise en ligne progressive des témoignages énumérés ci‑dessous et par l’ajout d’articles de et sur Luc Perreault ainsi que de la liste des films ayant marqué sa vie.

>> Lire la suite

Dossier l'AQCC a quarante ans

À l’occasion de notre quarantième anniversaire et dans le cadre de la tenue d’une table ronde sur la critique qui a eu lieu le samedi 7 décembre 2013 à la Cinémathèque québécoise, nous avons pensé utile de retranscrire quelques uns des textes qui avaient été publiés en 1990 par l’Association québécoise des critiques de cinéma, dans un fascicule intitulé La critique et le cinéma au Québec.

>> Lire la suite

Nos membres publient

Frankenstein lui a échappé

Les dernières publications de nos membres :

  • Frankenstein lui a échappé, d'André Caron
  • Le film choral, de Maxime Labrecque
  • Le cinéma québécois au féminin, de Céline Gobert et Jean-Marie Lanlo
  • Le cinéma québécois par ceux qui le font, de Martin Gignac et Jean-Marie Lanlo
  • La quatrième pierre, recueil de nouvelles de Claude R. Blouin
  • Le cinéma japonais et la condition humaine, de Claude R. Blouin
  • Quelque chose du paysage, d'André Roy
  • Une vie sans bon sens : regard philosophique sur Pierre Perreault, de Pierre-Alexandre Fradet
  • Barbe, premier roman de Julie Demers