aqcc.ca

Association québécoise des critiques de cinéma

La part du diable remporte le Prix Luc-Perreault/AQCC du meilleur film québécois de l’année 2018 - Nouvelles de l'AQCC

La part du diable remporte le Prix Luc-Perreault/AQCC du meilleur film québécois de l’année 2018

 

Montréal, 28 février 2019 — Au terme du 2e tour de vote pour l’attribution du Prix Luc‑Perreault/AQCC du meilleur film québécois 2018, les membres de l’Association québécoise des critiques de cinéma (AQCC) ont porté leur choix sur LA PART DU DIABLE de Luc Bourdon, distribué par l’Office national du film du Canada. Alors que l’AQCC continue de souligner son 45e anniversaire jusqu’en novembre prochain, le vétéran Luc Bourdon devient donc le 46e lauréat du prix le plus prestigieux de l’Association. Notons que, une décennie plus tôt, son documentaire La mémoire des anges avait été finaliste pour le même prix.

Le Prix est assorti d’une bourse de 2000 $, offerte par la Caisse Desjardins du Quartier-Latin de Montréal, partenaire de l’AQCC depuis 2018. Le Prix et la bourse ont été remis officiellement au cinéaste plus tôt aujourd’hui par le président de l’Association, M. Paul Landriau, et par Mme Diane Girard, administratrice du conseil d’administration de l’institution financière, dans le cadre de la remise des prix des Rendez-vous Québec Cinéma (RVQC).

Rappelons que le Prix Luc-Perreault/AQCC, connu au fil des ans sous d’autres noms, est remis chaque année par l’Association depuis 1974. Ce prix a été le tout premier prix d’ici décerné annuellement au meilleur film québécois et c’est toujours le seul prix remis par la critique québécoise à un long métrage québécois. Depuis 2012, le Prix est nommé en l’honneur de Luc Perreault, décédé en 2007. Pionnier de la critique de cinéma québécoise au service de La Presse pendant près de 40 ans, il était aussi l’un des membres fondateurs de l’AQCC. Le tout premier prix de l’AQCC a été remis à Michel Brault pour Les Ordres (1974) et, en 2017, c’est Robin Aubert qui avait remporté le prix pour Les affamés. Le Prix Luc-Perreault/AQCC 2018 récompense une œuvre québécoise sortie au Québec en salles, en festival ou sur une plateforme de diffusion numérique entre le 1er janvier et le 31 décembre 2018.

Les quatre autres finalistes en 2018 étaient, en ordre alphabétique, All You Can Eat Buddha de Ian Lagarde (FunFilm Distribution), Chien de garde de Sophie Dupuis (Axia Films), La disparition des lucioles de Sébastien Pilote (Les Films Séville) et Les faux tatouages de Pascal Plante (Maison 4:3).

L’AQCC tient à remercier la Caisse Desjardins du Quartier-Latin de Montréal, pour son soutien financier à la bourse accompagnant le Prix, et tout particulièrement Mme Solédane Hébert, directrice des communications et adjointe à la direction générale, et Mme Vanessa Constantineau, conseillère en communications et vie associative, pour leur aide extrêmement appréciée, ainsi que Mme Girard pour sa présence à la remise du Prix. Merci aussi à Mme Lucille Beauchemin et la famille de M. Luc Perreault de nous permettre à continuer d’honorer la mémoire de ce dernier en donnant son nom à notre prix annuel. Merci également à Mme Ségolène Roederer, directrice de Québec Cinéma, et toute l’équipe des RVQC, à commencer par Mmes Antonine Salina et Jasmine Caron, de nous avoir accueillis à nouveau parmi eux pour la remise du Prix.

Nous remercions également les RVQC de nous avoir permis de présenter trois des finalistes en salles. Ce sont Alex Rose (Cult MTL), Justine Smith (Little White Lies, Cult MTL) et Sandro Forte (Cinetalk.net) qui auront eu le plaisir de parler, respectivement, de La disparition des lucioles, Chien de garde et La part du diable, dans le cadre d’une projection pendant les RVQC. Nous en profitons pour remercier ces membres de s’être déplacés pour ces présentations. Merci enfin aux distributeurs — Axia Films, Les Films Séville, FunFilm, Maison 4:3 et ONF — d’avoir permis à nos membres de revoir les cinq finalistes durant le 2e tour de vote pour se rafraîchir la mémoire.

La part du diable | Luc Bourdon | 82 min | documentaire | 2017
synopsis | La part du diable aborde certaines des grandes questions sociales de l’époque de la Révolution tranquille : émancipation féminine et percée du féminisme, exode rural et occupation du territoire, montée du nationalisme québécois, Crise d’octobre 1970, conscience environnementale, laïcisation de l’éducation. Le documentaire suit un fil narratif puissant. Des passages très évocateurs de films de cinéastes tels que Denys Arcand, Pierre Perrault, Jean-Claude Labrecque, Aimée Danis, Anne Claire Poirier, Georges Dufaux et Marcel Carrière témoignent de la forte présence à l’écran de diverses personnalités, dont René Lévesque, Robert Charlebois, Micheline Lanctôt, Michel Tremblay, Pauline Julien, Mouffe, Jean Chrétien et Alanis Obomsawin. Un assemblage d’archives par l’entremise duquel chacune et chacun est invité à devenir un observateur aguerri, à prêter une oreille attentive à cette intense entreprise.
réalisation | Luc Bourdon est l’une des figures majeures de l’art vidéographique au Canada. Pendant plus de 25 ans, il a signé une cinquantaine d’œuvres de genres multiples — documentaires, fictions, expérimentations —, dont plusieurs d’entre elles prennent pour sujet les arts et la culture (De la parole aux actes, 2000; La grande bibliothèque, 2005; Classes de maîtres, 2008) et font une place prépondérante à l’histoire et à la mémoire. Ces notions se retrouvent ainsi au cœur des deux longs métrages qu’il a réalisés à l’ONF : La mémoire des anges (2008), Grand Prix Focus-Cinémathèque québécoise remis au meilleur long métrage canadien au Festival du nouveau cinéma en 2008 et récipiendaire d’une nomination au Jutra du meilleur documentaire; et La part du diable (2017), qui a remporté de nombreux prix, dont le Prix du meilleur moyen ou long métrage documentaire au Festival international du cinéma francophone en Acadie. Luc Bourdon avait déjà été finaliste au prix du meilleur film québécois de l’année de l’AQCC en 2008 pour La mémoire des anges.
distribution | Office national du film du Canada
(détails tirés des sites suivants : ONF, CTVM.info, Cinémathèque québécoise et INIS)

<< Retourner à la page précédente

 
» Toutes les nouvelles

Hommage à Luc Perreault

Luc Perreault

Ce dossier-hommage sera alimenté au fil des semaines à venir par la mise en ligne progressive des témoignages énumérés ci‑dessous et par l’ajout d’articles de et sur Luc Perreault ainsi que de la liste des films ayant marqué sa vie.

>> Lire la suite

Dossier l'AQCC a quarante ans

À l’occasion de notre quarantième anniversaire et dans le cadre de la tenue d’une table ronde sur la critique qui a eu lieu le samedi 7 décembre 2013 à la Cinémathèque québécoise, nous avons pensé utile de retranscrire quelques uns des textes qui avaient été publiés en 1990 par l’Association québécoise des critiques de cinéma, dans un fascicule intitulé La critique et le cinéma au Québec.

>> Lire la suite

Nos membres publient

Frankenstein lui a échappé

Les dernières publications de nos membres :

  • Frankenstein lui a échappé, d'André Caron
  • Little Beast, de Julie Demers
  • Philosopher à travers le cinéma québécois. Xavier Dolan, Denis Côté, Stéphane Lafleur et autres cinéastes, de Pierre-Alexandre Fradet
  • Le film choral, de Maxime Labrecque
  • Le cinéma québécois au féminin, de Céline Gobert et Jean-Marie Lanlo
  • Le cinéma québécois par ceux qui le font, de Martin Gignac et Jean-Marie Lanlo
  • La quatrième pierre, recueil de nouvelles de Claude R. Blouin
  • Le cinéma japonais et la condition humaine, de Claude R. Blouin
  • Quelque chose du paysage, d'André Roy