aqcc.ca

Association québécoise des critiques de cinéma

Les Affamés remporte le Prix Luc-Perreault/AQCC du meilleur film québécois de l’année 2017 - Nouvelles de l'AQCC

Les Affamés remporte le Prix Luc-Perreault/AQCC du meilleur film québécois de l’année 2017

 

Montréal, 28 février 2018 — Au terme du deuxième tour de vote pour l’attribution du Prix Luc-Perreault/AQCC du meilleur film québécois de l’année 2017, les membres de l’Association québécoise des critiques de cinéma (AQCC) ont porté leur choix sur Les Affamés de Robin Aubert, distribué par Les Films Séville. En cette année de 45e anniversaire de l’AQCC, Robin Aubert devient donc le 45e récipiendaire du prix le plus prestigieux de l’Association.

Le prix est assorti d’une bourse de 2 000 $, offerte en 2018 par la Caisse Desjardins du Quartier-Latin de Montréal. Le prix et la bourse on été remis officiellement au cinéaste plus tôt aujourd’hui, dans le cadre de la remise des prix des Rendez-vous Québec Cinéma.

Rappelons que le Prix Luc-Perreault/AQCC, connu au fil des ans sous d’autres noms, est remis chaque année par l’Association depuis 1974. Ce prix a d’ailleurs été le tout premier prix d’ici décerné annuellement au meilleur film québécois et il s’agit toujours du seul prix remis par la critique québécoise à un long métrage québécois. Depuis 2012, le Prix est nommé en l’honneur de Luc Perreault, décédé en 2007. Pionnier de la critique cinématographique québécoise au service de La Presse pendant près de 40 ans, il était aussi l’un des membres fondateurs de l’AQCC. Le tout premier prix de la critique a été remis au film Les Ordres de Michel Brault (1974). Le Prix Luc-Perreault/AQCC 2017 récompense une oeuvre québécoise sortie en salles au Québec entre le 1er janvier et le 31 décembre 2017.

Les quatre autres finalistes en 2017 étaient Ceux qui font les révolutions à moitié n’ont fait que creuser leur tombeau de Mathieu Denis et Simon Lavoie (K-Film Amérique), La Petite fille qui aimait trop les allumettes de Simon Lavoie (FunFilm), Le Problème d’infiltration de Robert Morin (K-Film Amérique) et Tadoussac de Martin Laroche (K-Film Amérique).

L’AQCC tient à remercier la Caisse Desjardins du Quartier-Latin de Montréal, pour son soutien financier à la bourse accompagnant le Prix, et tout particulièrement madame Solédane Hébert, directrice des communications et adjointe à la direction générale de l’institution financière, pour son aide extrêmement appréciée. Merci aussi à madame Lucille Beauchemin et la famille de Luc Perreault de nous permettre à continuer d’honorer la mémoire de ce dernier en donnant son nom à notre prix annuel.

Merci également à Dominique Dugas, directeur des Rendez-vous Québec Cinéma, et son équipe de nous avoir accueillis à nouveau parmi eux pour la remise du Prix et la présentation des finalistes en salles. Cette année, ce sont Maxime Labrecque (Séquences, VOIR), Benjamin Pelletier (Point de vues), Louise-Véronique Sicotte (Radio VM), Ralph Elawani (24 images, Spirale) et Zoé Protat (Ciné-Bulles) qui auront eu le plaisir de présenter chacun des finalistes dans le cadre d’une projection en soirée pendant les Rendez-vous. Nous en profitons pour remercier ces membres de s’être déplacés pour ces présentations. Merci enfin à FunFilm, Les Films Séville et K-Films Amérique d’avoir permis à nos membres de rafraîchir leur mémoire en revoyant les cinq finalistes durant ce deuxième tour de vote.

 

Les Affamés | Robin Aubert | 82 min | fiction | 2017
synopsis
| Dans un village, les choses ont changé. Certains habitants ne sont plus ce qu'ils étaient. Ils se mettent à attaquer leurs familles, leurs amis, leurs voisins... On les surnomme « les Affamés ». Une poignée de survivants s'enfoncent dans la forêt afin de leur échapper.
réalisation | Robin Aubert est réalisateur, scénariste, acteur et auteur. Il a entre autres réalisé les longs métrages Saint-Martyrs-des-Damnés (2005), À quelle heure le train pour nulle part (2009), À l’origine d’un cri (2010) et Tuktuq (2016). À quelle heure le train pour nulle part a reçu le prix Gilles-Carle aux 28e RVCQ. Présenté en première mondiale au Toronto International Film Festival en 2016, Les affamés y remportait le Prix du meilleur long métrage de fiction canadien, puis en première québécoise au Festival du nouveau cinéma la même année, il y recevait le Prix du public de la section Temps Ø. Le film a aussi été primé ailleurs au Canada et à l'international, sélectionné dans une trentaine de festivals et il est également finaliste aux Canadian Screen Awards ainsi qu’au Prix collégial du cinéma québécois.
mot du réalisateur | « J’ai foi en l’humanité. Mais en même temps, elle me fait peur quand la rage et la haine prennent le dessus. Le film fait écho au contexte social actuel. Pour étudier l’humanité, certains cinéastes tournent des drames sociaux. Moi, j’ai décidé de tourner un film de zombies.
C’est aussi en percevant les choses le plus sérieusement du monde que l’humour prend racine. L’humour sert à démystifier nos peurs. Et si Les affamés se déroule en partie dans un décor qui m’est familier — la forêt — c’est parce qu’il s’agit, selon moi, du seul endroit possible pour comprendre réellement qui nous sommes. Des proies. »
distribution | Les Films Séville
(détails tirés du site Films du Québec, du catalogue des Rendez-vous du cinéma québécois 2017 et de la page Facebook des Affamés)

<< Retourner à la page précédente

 
» Toutes les nouvelles

Hommage à Luc Perreault

Luc Perreault

Ce dossier-hommage sera alimenté au fil des semaines à venir par la mise en ligne progressive des témoignages énumérés ci‑dessous et par l’ajout d’articles de et sur Luc Perreault ainsi que de la liste des films ayant marqué sa vie.

>> Lire la suite

Dossier l'AQCC a quarante ans

À l’occasion de notre quarantième anniversaire et dans le cadre de la tenue d’une table ronde sur la critique qui a eu lieu le samedi 7 décembre 2013 à la Cinémathèque québécoise, nous avons pensé utile de retranscrire quelques uns des textes qui avaient été publiés en 1990 par l’Association québécoise des critiques de cinéma, dans un fascicule intitulé La critique et le cinéma au Québec.

>> Lire la suite

Nos membres publient

Frankenstein lui a échappé

Les dernières publications de nos membres :

  • Frankenstein lui a échappé, d'André Caron
  • Le film choral, de Maxime Labrecque
  • Le cinéma québécois au féminin, de Céline Gobert et Jean-Marie Lanlo
  • Le cinéma québécois par ceux qui le font, de Martin Gignac et Jean-Marie Lanlo
  • La quatrième pierre, recueil de nouvelles de Claude R. Blouin
  • Le cinéma japonais et la condition humaine, de Claude R. Blouin
  • Quelque chose du paysage, d'André Roy
  • Une vie sans bon sens : regard philosophique sur Pierre Perreault, de Pierre-Alexandre Fradet
  • Barbe, premier roman de Julie Demers