aqcc.ca

Association québécoise des critiques de cinéma

REGARD : Présence de l’AQCC à Chicoutimi - Nouvelles de l'AQCC

REGARD : Présence de l’AQCC à Chicoutimi


Le jury AQCC sur les écrans du Festival
​​​​​​​

Présence de l’AQCC à Chicoutimi

par Pierre Pageau

Pour une deuxième année consécutive, l’AQCC décernait un prix, accompagné d’une bourse de 500 $, dans le cadre du Festival international du court métrage au Saguenay, mieux connu sous le nom de REGARD. Dans le programme, notre jury porte le nom de « Jury de la critique AQCC » et, cette année, ses membres en étaient Mathieu-Li Goyette, Pierre Pageau et Louise-Véronique Sicotte. Le Festival se déroulait du 15 au 19 mars dernier et en était à sa 21e édition, ce qui en dit long sur sa qualité, sa vitalité, sa pertinence.

Comme pour tous ces festivals en région (on peut penser aussi au Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue), il y a ici une grande quantité de bénévoles (par exemple, au volant de nos navettes pour nous rendre aux multiples lieux de projection) et une grande énergie pleine de ferveur pour faire en sorte que les nombreux invités soient bien traités. Dès notre arrivée, le premier soir, nous avons eu droit à une Soirée 100 % Saguenay. La salle du Théâtre Banque Nationale, à Chicoutimi, était pleine et les spectateurs étaient très attentifs. Avec ce programme, REGARD veut souligner le travail original et créatif des artisans du Saguenay. Tous les films faisaient référence à la région, et en particulier au Fjord. Le silence fait peur aux brutes d’Étienne Boulanger était clairement la meilleure des œuvres montrées et elle a d’ailleurs mérité un prix.

Tout au long du Festival, de très nombreux ateliers ont eu lieu, plusieurs servant au travail de programmation et de diffusion du court. De nombreuses classes de maître (les fameuses Master Class) ont également été très courues, comme celles avec le cinéaste Karl Lemieux ou la réalisatrice coréenne Momoko Soto. Il y avait aussi, outre les programmes réguliers, des compétitions (nationale, internationale, pour les enfants, etc.) et des programmes spéciaux (comme Panorama Corée du Sud, Vidéo et Poésie, Cinéma engagé. On constate qu’il y a eu en fait de très nombreuses occasions de rencontres et d’échanges, et c’est probablement avec cela que la réputation de REGARD s’est solidement bâtie. D’ailleurs, le Festival accueillait cette année son premier jury FIPRESCI et devenait également l’une des étapes de qualifications des courts métrages en route vers les nominations aux Oscars.

Prix AQCC de la critique québécoise

Cette année, notre jury devait remettre son prix à un film de la compétition internationale.

Notre jury a décidé d’accorder une mention à un film d’animation parce que, en fait, il était bien difficile de les évaluer en comparaison avec les autres films (fiction ou documentaire). Le film retenu est Happy End de Jan Saska, « pour l’originalité de sa structure narrative ludique et son habileté à intriguer le spectateur jusqu’à son happy end ». Il y avait huit films d’animation dans la compétition internationale et il nous semblait logique d’en mentionner au moins un, c’est pourquoi nous avons choisi celui-ci, de la République Tchèque.

Nous avons accordé notre grand prix à la néerlandaise Ena Sendijarević pour son film Import, « pour sa construction chorale qui parvient à croiser habilement la condition des migrants avec les velléités de leur intégration ». D’autres films avaient comme sujet l’importante question des migrants, mais sur le strict plan cinématographique, Import nous est apparu comme ayant les plus grandes qualités.

<< Retourner à la page précédente

 
» Toutes les nouvelles

Hommage à Luc Perreault

Luc Perreault

Ce dossier-hommage sera alimenté au fil des semaines à venir par la mise en ligne progressive des témoignages énumérés ci‑dessous et par l’ajout d’articles de et sur Luc Perreault ainsi que de la liste des films ayant marqué sa vie.

>> Lire la suite

Nos membres publient

Le cinéma québécois au féminin

Les dernières publications de nos membres :

  • Le cinéma québécois au féminin, de Céline Gobert et Jean-Marie Lanlo
  • Le cinéma québécois par ceux qui le font, de Martin Gignac et Jean-Marie Lanlo
  • La quatrième pierre, recueil de nouvelles de Claude R. Blouin
  • Le cinéma japonais et la condition humaine, de Claude R. Blouin
  • Quelque chose du paysage, d'André Roy
  • Une vie sans bon sens : regard philosophique sur Pierre Perreault, de Pierre-Alexandre Fradet
  • Barbe, premier roman de Julie Demers