aqcc.ca

Association québécoise des critiques de cinéma

Retour sur Prends ça court! 2018 par Claire-Amélie Martinant - Nouvelles de l'AQCC

Retour sur Prends ça court! 2018 par Claire-Amélie Martinant

 

Si le court métrage est un format religieusement boudé par l’auditoire, n’en déplaise aux amateurs d’anecdotes et aux fanatiques d’aventures rocambolesques en tout genre, sa courte durée en fait un concentré d’énergie, un condensé de vie qui vous saisit à la gorge, vous retourne les tripes et fait battre votre cœur.

Des quelques 50 courts métrages québécois visionnés pour remettre un prix dans le cadre du 15e Gala Prends ça court!, il en ressort bien plus qu’on ne l’imagine. Tant et si bien que ces lignes ne sont qu’un vague résumé de ce qui s’est déroulé. Le courage dont fait preuve les personnages de Born in the Maelstrom, Crème de menthe, Toutes les poupées ne pleurent pas, Sœur de sang et Poisson de mars ainsi que les résolutions entreprises en ébranleront plus d’un. Révélations et retournements de situation sont bel et bien au rendez-vous et vous injecteront la dose d’adrénaline nécessaire à une nouvelle vague de changements. Le Clown, Garrincha ou encore La course navette nous rappellent que personne n’est à l’abri d’être blessé et humilié par l’intimidation, laquelle a la mauvaise habitude de se faufiler entre les brèches et d’attaquer par surprise. Heureusement les protagonistes ont plus d’un tour dans leur sac. Les adulateurs de sensations fortes seront servis avec Partie de chasse, Fast Eddy, Lost Paradise Lost ou encore Black Friday, qui, par leur suspense et leur folie, suspendront votre respiration et vous feront palpiter de plaisir. Dans un autre registre, animé d’une douceur attendrissante et bouleversante, Voices of Kidnapping, Paupière mauve, Reste je ne veux pas être seule et La Psychologie des planètes mettent en vedette l’amour, le vrai, celui qui fait chavirer le corps et l’âme. Sur la même longueur d’onde, Scopique, Pre-Drink et Marguerite nous font état de découvertes sexuelles, hasardeuses peut-être, avec une vulnérabilité et une liberté sans pareil. Enfin que serait la vie sans amitiés profondes? Celle qui lie deux êtres et les entraîne dans bien des péripéties dont ils ne ressortiront pas indemnes. Fauve et Va jouer dehors nous renvoient à nos propres souvenirs d’enfance, là où la vie avait un tout autre sens et où l’amitié comptait plus que tout.

 

Prix AQCC pour le 15e gala Prends ça court!

Bourse de 500 $ remise à Yan Giroux pour Lost Paradise Lost et mention spéciale accordée à Frédérick Tremblay pour Toutes les poupées ne pleurent pas

Jury : Claire Valade (Panorama-cinéma), Jean-Marie Lanlo (Cinéfilic, Ciné-Bulles) et Claire-Amélie Martinant (Panorama-cinéma)

<< Retourner à la page précédente

 
» Toutes les nouvelles

Hommage à Luc Perreault

Luc Perreault

Ce dossier-hommage sera alimenté au fil des semaines à venir par la mise en ligne progressive des témoignages énumérés ci‑dessous et par l’ajout d’articles de et sur Luc Perreault ainsi que de la liste des films ayant marqué sa vie.

>> Lire la suite

Dossier l'AQCC a quarante ans

À l’occasion de notre quarantième anniversaire et dans le cadre de la tenue d’une table ronde sur la critique qui a eu lieu le samedi 7 décembre 2013 à la Cinémathèque québécoise, nous avons pensé utile de retranscrire quelques uns des textes qui avaient été publiés en 1990 par l’Association québécoise des critiques de cinéma, dans un fascicule intitulé La critique et le cinéma au Québec.

>> Lire la suite

Nos membres publient

Frankenstein lui a échappé

Les dernières publications de nos membres :

  • Frankenstein lui a échappé, d'André Caron
  • Le film choral, de Maxime Labrecque
  • Le cinéma québécois au féminin, de Céline Gobert et Jean-Marie Lanlo
  • Le cinéma québécois par ceux qui le font, de Martin Gignac et Jean-Marie Lanlo
  • La quatrième pierre, recueil de nouvelles de Claude R. Blouin
  • Le cinéma japonais et la condition humaine, de Claude R. Blouin
  • Quelque chose du paysage, d'André Roy
  • Une vie sans bon sens : regard philosophique sur Pierre Perreault, de Pierre-Alexandre Fradet
  • Barbe, premier roman de Julie Demers