aqcc.ca

Association québécoise des critiques de cinéma

Hommage à Luc Perreault : Entrevue exclusive avec la mère de l’écrivain Réjean Ducharme (1967)

Entrevue exclusive avec la mère de l’écrivain Réjean Ducharme

« Je peux affirmer que Réjean est mon fils »
par Luc PERREAULT


Photo : La Presse

Mme Omer Ducharme, la mère de Réjean, de l’île Saint-Ignace, près de Berthier, a protesté hier au cours d’une interview téléphonique contre les insinuations visant à mettre en doute l’existence de son fils, l’auteur déjà célèbre de L’Avalée des avalés.

« Je peux affirmer, a-t-elle déclaré, que Réjean est bien mon fils et qu’il est également l’auteur de L’Avalée des avalés. » Selon celle-ci, la cabale déclenchée autour de son nom ne viserait qu’à le forcer à sortir de la retraite volontaire où il s’est placé.

« Réjean, a expliqué Mme Ducharme, croit qu’il est encore trop tôt pour paraître en public. Il pense que le moment n’est pas encore venu pour le faire. Je l’approuve entièrement et je pense que c’est la meilleure attitude à adopter actuellement. »

Peur de déranger

L’écrivain aurait quitté depuis une semaine le domicile qu’il occupait (à la suite de plusieurs autres) à Montréal et qui n’était connu que de sa famille et de ses seuls amis. Sa mère a admis qu’il changeait fréquemment de domicile pour échapper aux journalistes.

« Il ne garde qu’une paire de pantalons et une machine à écrire, a-t-elle précisé. Il trouve que ça lui suffit. Je l’ai invité à venir vivre à l’île Saint-Ignace où se trouvent la plupart de ses affaires personnelles. Il serait tranquille. Durant le jour, il n’y a que moi. Mais il a refusé. Il a peur de déranger. »

Réjean Ducharme fuirait les journalistes autant par timidité que par crainte d’une gloire prématurée. Il craint d’être mal compris de ceux qui l’interrogeraient. Il garde tout frais à sa mémoire a noté sa mère, l’interview pénible qu’il a accordé à un journaliste ivre peu après la publication de son livre.

Mme Ducharme a également nié la déclaration qu’une amie de Réjean aurait faite à un journaliste d’un quotidien du matin selon laquelle il serait actuellement dans une situation financière fort précaire. « Réjean ne vit pas dans la pauvreté comme ils l’écrivent, a-t-elle affirmé. S’il n’a pas beaucoup d’argent, c’est parce qu’il tenait à terminer ses deux romans, Le nez qui voque et L’Océantume. Travailler ne l’a jamais intéressé, bien sûr, mais c’est inexact de dire qu’il vit dans la misère. »

Elle a admis que, forcé de le faire, son fils sait répondre aux attaques qui lui sont faites. Elle a donné, en exemple, l’attitude qu’il a prise concernant l’éditeur Pierre Tisseyre. S’il s’est décidé à répondre à ce dernier, c’était dans le but d’apporter des éclaircissements à cette affaire et après avoir été profondément heurté par l’attitude de l’éditeur.

Enfin Mme Ducharme a déclaré : « Réjean n’a pas été déçu de ne pas recevoir le prix Goncourt. Il ne rcherche pas les honneurs. Il continue à écrire, même s’il n’a pas obtenu de récompense. Il écrit pour sa satisfaction personnelle. »

Prête-nom ?

Cette déclaration est venue à la suite d’un article de l’hebdomadaire français d’extrême-droite Minute qui publiait récemment que L’Avalée des avalés serait l’œuvre d’un vieux diplomate ou d’un universitaire. Mettant en cause l’existence réelle de Réjean Ducharme, le journal laisse entendre que la photo publiée dans la presse serait celle d’un étudiant mort.

Hier, deux quotidiens de Montréal, Le Devoir et Montréal-Matin, faisaient écho à cette rumeur et apportaient diverses interprétations possibles du cas de Réjean Ducharme. Selon l’une d’elles, l’écrivain ne tiendrait pas à se montrer en public en ce moment parce qu’il craint de le décevoir. De là, ajoute-t-on, la tentation de soupçonner que l’individu Réjean Ducharme n’existe pas.

La Presse, dernière édition, samedi 14 janvier 1967, p. 1 (voir PDF)
© La Presse, 1967

 

Conseil d'administration

Composition du conseil d'administration de l'AQCC, tel que choisi lors de l'Assemblée générale annuelle du 26 janvier 2017.

  • Claire Valade - Présidente
  • Jean-Marie Lanlo - Vice-Président
  • Luc Chaput - Secrétaire-Trésorier
  • Kevin Laforest - Conseiller - médias électroniques
  • Pascal Grenier - Conseiller
  • Julie Vaillancourt - Conseillère

Nos membres

L'AQCC compte une soixantaine de membres représentant une vingtaine de médias différents.

Radio, internet, imprimé ou télévision, à l'AQCC, tous les types de médias sont représentés.

Consultez la liste des membres