aqcc.ca

Association québécoise des critiques de cinéma

Hommage à Luc Perreault : LE GOÛT DE LA CERISE - L’indicible et la grâce

LE GOÛT DE LA CERISE
L’indicible et la grâce

par Luc PERREAULT


Photo : La Presse
 

Dans la banlieue de Téhéran, un homme circule dans une 4X4. Avec sa barbe de trois jours, son regard fixe, ses yeux injectés de sang, il promène sa gueule de désespéré. Qui est-il? D’où vient-il? Qu’est-ce qui l’anime? Mystère.

Pendant presque deux heures, on va le suivre dans ses déambulations. Son parcours semble dicté par une idée fixe. On en saisit vite d’ailleurs le but. Un homme au bord du précipice: il n’y a pas d’autre formule pour décrire cet antihéros.

Autour de lui s’agitent quelques spécimens d’humanité. Quand il demande à un jeune soldat, après avoir longtemps tourné autour du pot, de venir le lendemain matin vérifier s’il est toujours en vie, couché dans un trou au sommet d’une montagne, l’autre prend les jambes à son cou. Même contre une forte somme, ce genre de besogne n’intéresse personne.

Finalement, c’est un gardien de musée, taxidermiste à ses heures (et donc habitué à frayer avec la mort), qui saura le comprendre. Il lui vantera la vie à travers quelque chose d’aussi simple qu’une cerise.

Le cinéma iranien, dont on a pu mesurer ces dernières années, l’incroyable effervescence, aurait-il touché avec Abbas Kiarostami, considéré en quelque sorte comme son aîné, la barre d’en haut, non pas celle qui obtient les meilleurs scores à l’applaudimètre mais celle qui touche à un niveau auquel le cinéma ne parvient que rarement, celui de l’indicible, du mystère et de la grâce? Cette cerise qu’il propose, on ne peut la savourer, comme son héros, qu’après un long détour.

Le spectateur non averti risque de s’ennuyer à mourir au Goût de la cerise. Et pour cause: l’action y est pratiquement inexistante, limitée à un parcours répétitif et ponctuée par un dialogue minimaliste. Certains des films précédents du cinéaste comme Où est la maison de mon ami? ou ...Et la vie continue me paraissent beaucoup plus accessibles. Dans les circonstances, la Palme d’or de Cannes fait figure de cadeau empoisonné. Plutôt que de lui attirer un nouveau public, elle risque de lui aliéner ceux qui voient dans ce label une garantie de succès.

Si l’on est prêt, par contre, à un certain effort, ce film fait partie de ces expériences les plus épurées que le cinéma propose parfois. On circule ici dans l’atmosphère raréfiée d’Ozu ou de Bresson. Kiarostami est le cinéaste de la passion, non de l’action. Ces longues scènes qui ont l’air de se plagier sont autant de variations sur l’art de vivre. On regrette seulement que la dernière séquence, très équivoque, fasse un pied de nez au spectateur.

LE GOÛT DE LA CERISE, écrit, monté, produit et réalisé par Abbas Kiarostami. Image: Homayon Payvar. Avec Homayon Ershadi, Ahdolhossein Bagheri, Sfshin Khorshidbakhtari.

 

La Presse, samedi 31 janvier 1998, p. C5 (voir le PDF)
© La Presse, 1998

 

Conseil d'administration

Composition du conseil d'administration de l'AQCC, tel que choisi lors de l'Assemblée générale annuelle du 26 janvier 2017.

  • Claire Valade - Présidente
  • Jean-Marie Lanlo - Vice-Président
  • Luc Chaput - Secrétaire-Trésorier
  • Kevin Laforest - Conseiller - médias électroniques
  • Pascal Grenier - Conseiller
  • Julie Vaillancourt - Conseillère

Nos membres

L'AQCC compte une soixantaine de membres représentant une vingtaine de médias différents.

Radio, internet, imprimé ou télévision, à l'AQCC, tous les types de médias sont représentés.

Consultez la liste des membres